Manifestation contre le projet de réforme des retraites

 

La journée d'action appelée par quatre syndicats - CGT, FO, FSU, Solidaires - constitue la plus forte mobilisation syndicale depuis l'élection de François Hollande en mai 2012.

 

Ce mardi 10 septembre 2013, des milliers de personnes ont défilé dans la rue à Bordeaux, Bourges, Brest, Caen, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Le Havre, Le Mans, Lille, Limoges, Lyon, Marseille, Metz, Montpellier, Nancy, Nantes, Orléans, Paris, Pau, Reims, Rennes, Rouen, Toulouse, Tours, Strasbourg,… pour protester contre le projet d’allongement du départ à la retraite du gouvernement.

 

Pour le Secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, la mobilisation contre la réforme des retraites "dépasse le cercle militant", même si ce "n'est pas une déferlante". Il a indiqué également que les quatre syndicats (CGT, FO, FSU, Solidaires) discuteront la semaine prochaine de la suite à donner à cette journée.

 

"C'est une bonne mobilisation" plus massive, selon lui, que celle contre la réforme de l'emploi organisée par les mêmes syndicats le 5 mars dernier, et qui avait rassemblé 200.000 personnes. « Les français sont fatigués des réformes qui les frappent, …ils sont accaparés par les difficultés quotidiennes,… la colère gronde ».

 

De leur côté, les syndicats CFDT, CFE-CGC, CFTC et UNSA sont restés chez eux non concernés par cette journée nationale d’action interprofessionnelle se limitant pour certains à espérer de nouveaux amendements dans le débat parlementaire fixé en octobre.

 

Jean-Claude Mailly a appelé le gouvernement à « faire encore des efforts. Il y a un verrou à faire sauter : celui de l'allongement de la durée de cotisation à 43 ans ». Cette mesure du projet rassemble la contestation et en fait une loi "anti-jeunes".

 

Selon un sondage CSA et une enquête Harris interactive, sept français sur dix désapprouvent le projet des retraites présenté par le gouvernement